Le burkini est autorisé en Grande-Bretagne, la paranoïa anti-musulmans aussi

C'est l'histoire du stilton qui dit au roquefort qu'il pue.

Depuis plusieurs jours, la France est la risée de la presse étrangère, et notamment anglo-saxonne , pour les arrêtés municipaux interdisant le port du burkini sur certaines plages du pays de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen et de l'Appel du 18 juin. A grand renfort de français dans le texte , le monde se gausse de ces élus croyant régler un quelconque problème en imposant à la baguette (et au béret) une couvrance de maillot réglementaire à des femmes qui, si on n'y réfléchit bien, ne font qu'appliquer à la lettre les nobles principes du pluralisme et du multiculturalisme sur lequel nos voisins d'outre-Manche ont une sacrée longueur d'avance –par rapport à nous, pauvres François, tributaires d'une laïcité à la gauloise qui commence à nous faire sacrément plus de mal que de bien. «Chez nous», le racisme d’État et l'ordinaire paranoïa islamophobe à deux doigts du lynchage , «chez eux», la concorde universelle élevée au bon grain de la discrimination positive, peut-on lire à longueur de commentaires réticulo-sociaux, et ce en exagérant à peine.

Il est fort probable que Maryam, Sakina et Ali Dharas ne soient pas du même avis. Comme le relate le Guardian , le 18 août, ces deux sœurs et leur frère originaires du nord-ouest de la capitale britannique ont été «absolument abasourdis» de devoir descendre de leur vol EasyJet avant son décollage de ... Lire la suite
Read The Rest at : SLATE

Top News