Il faut s'armer d'une loupe pour discerner l'inversion de la courbe du chômage

Après quatre années marquées par l’espoir longtemps déçu d’une inversion de la courbe du chômage, la promesse de François Hollande semble aujourd’hui se réaliser. Mais c’est avec une loupe qu’il faut aujourd’hui scruter cette inflexion à travers les statistiques de Pôle emploi. La tendance a encore besoin d’être confirmée puisque, si la photographie du mois de juillet est plutôt bonne (-0,5% de chômeurs en catégorie A –sans aucune activité– en juillet par rapport à juin), les mauvais chiffres de mai et juin incitent encore à la prudence. Ainsi, sur trois mois, les statistiques sont finalement tout juste stables, avec un recul de seulement 0,1%.

Sur un an, l’évolution apparaît plus favorable avec une baisse de 1,2% du nombre d’inscrits à Pôle emploi. Toutefois, le quasi doublement du nombre des entrées en stage depuis septembre 2015, qui viennent en déduction du nombre des inscrits, fausse la perception que l’on pourrait avoir du nombre de chômeurs ayant retrouvé un emploi.

En outre, si le nombre d’inscrits sans aucune activité a baissé sur un an, le nombre de personnes en situation précaire, n’exerçant qu’une activité réduite et également inscrites à Pole emploi (catégories B et C) a en revanche augmenté de plus de 4% sur un an.

Halo autour des statistiques

Pas facile, dans ces conditions, d’affirmer que l’inversion de la courbe du chômage est durablement engagée. Toutefois, l’Insee a ... Lire la suite
Read The Rest at : SLATE

Top News